Témoin de Sa Grâce

Témoin de Sa Grâce



mercredi 7 septembre 2011

13 - La part de Dieu et la part de l'homme.

Contrairement aux théories de l'évolutionnisme, le chapitre 1 de la GENESE, que je vous invite à lire, désigne,
le Créateur : Dieu,
la source créatrice : Sa parole
( Dieu dit et Ses mains accomplissent),

des Six Jours de la création du monde, définis par
"il y eut un soir et il y eut un matin."

Très intéressant de noter au passage que dans le calendrier Juif, la journée commence au coucher du soleil.

Dans ce chapitre 1 et le texte que nous allons prendre, nous voyons très largement quelle a été
la part de Dieu
et celle qu'Il a attribuée à l'homme après l'avoir formé de la poussière de la terre et placé dans le jardin d'Eden.

GENESE 2 : 4-10, 15-25

  4 " Voici les origines des cieux et de la terre, quand ils furent créés. Lorsque l'Eternel fit une terre et des cieux,
  5   aucun arbuste des champs n'était encore sur la terre, et aucune herbe des champs ne germait encore : car l'Eternel Dieu n'avait pas fait pleuvoir sur la terre, et il n'y avait point d'homme pour cultiver le sol.
  6  Mais une vapeur s'éleva de la terre, et arrosa toute la surface du sol.
  7  L'Eternel Dieu forma l'homme de la poussière de la terre, il souffla (de l'hébreu "naphach" qui veut dire allumer, respirer, souffler) dans ses narines un souffle de vie et l'homme devint un être vivant.
  8  Puis l'Eternel Dieu planta un jardin en Eden, du côté de l'orient, et il y mit l'homme qu'il avait formé.
  9  L'Eternel Dieu fit pousser du sol des arbres de toute espèce, agréables à voir et bons à manger,
et l'arbre de la vie au milieu du jardin 
( rien d'autre que Christ, la Parole de Dieu, qui les nourrissait spirituellement de la Vie Eternelle), 
et l'arbre de la connaissance du bien et du mal
(produisant un fruit spirituel qui donne la mort, et non pas des pommes).
10  Un fleuve sortait d'Eden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre bras.

15  L'Eternel Dieu prit l'homme, et le plaça dans le jardin d'Eden pour le cultiver et pour le garder.
16  L'Eternel Dieu donna cet ordre à l'homme : Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ;
17  mais tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras.
18  L'Eternel Dieu dit : Il n'est pas bon que l'homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui.
19  L'Eternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l'homme,pour voir comment il les appellerait,
et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l'homme.
20  Et l'homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs ; mais, pour l'homme, il ne trouva point d'aide semblable à lui.
21  Alors l'Eternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l'homme, qui s'endormit ; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place.
22  L'Eternel Dieu forma une femme de la côte qu'il avait prise de l'homme, et il l'amena vers l'homme.
23  Et l'homme dit : Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! on l'appellera femme, parce qu'elle a été prise de l'homme.
24  C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme,
et ils deviendront une seule chair.
25   L'homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n'en avaient point honte."


La première tâche et la première mission que l'Eternel Dieu confia à l'homme, nous est révélée au verset 15
"Dieu prit l'homme et le plaça dans le jardin d'Eden
pour le cultiver et le garder."

Ce jardin d'Eden était le premier habitat de l'homme choisi par Dieu, un lieu de délices, de plaisirs et d'harmonie où tout les besoins de l'homme, spirituels et physiques, se trouvaient satisfaits sans aucune peine ni sueur du visage.

Le mot "cultiver" vient de "abad" en hébreu qui veut dire travailler, servir, et en ce qui concerne la terre, la cultiver, la labourer.

Dans GENESE 1 : 11 Dieu dit :
" Que la terre produise de la verdure, de l'herbe portant de la semence sur la terre, des arbres fruitiers donnant du fruit selon son espèce et ayant en eux leur semence sur la terre. Et cela fut ainsi".

Aujourd'hui, l'homme a supplanté le travail naturel de la terre, c'est lui qui produit, d'une manière générale, intensivement (utilisation d'engrais chimiques qui appauvrissent et polluent la terre et les eaux) alors qu'il doit seulement cultiver ce que la terre fait naître.
Si l'économie du monde avait suivi l'ordre de la Création, était réglée selon les principes divins, toutes les populations du monde mangeraient à leur faim.

L'homme a toujours peur qu'il n'y en ait pas assez pour tout le monde, alors que Jésus parlant à ses disciples leur dit :
MATHIEU 5 : 25-27
  25 " Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus.
La vie n'est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ?
  26  Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n'amassent rien dans les greniers ; et votre Père céleste les nourrit.
Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux ?
  27  Qui de vous par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie?

Le père céleste a tout prévu à l'origine pour que nous ayons à cultiver et non à produire de nouvelles plantes, de nouvelles races qui viendraient de la main de l'homme. 
  
Sachons-le, l'hybridation est une violation de la Création de Dieu ainsi que toutes les manipulations génétiques, d'ailleurs.

A l'origine, l'homme, tous les animaux et tous les oiseaux du ciel étaient végétariens,
selon GENESE 1 : 29-30
29 " Et Dieu dit : Voici je vous donne (c'est un don de Dieu) toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de la terre et tout arbre ayant en lui du fruit d'arbre et portant de la semence : ce sera votre nourriture.
30  Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi."

On comprend aisément que dans le jardin d'Eden, il n'y avait pas de carnassiers ni de plantes carnivores, car la mort n'existait pas.

Il y a un passage dans la Bible qui relate cette atmosphère de paix que sera le Règne de mille ans de Christ et qui s'accorde avec ce que l'on peut imaginer du jardin d'Eden.
ESAIE 11: 6-8
  6 " Le loup habitera avec l'agneau,
Et la panthère se couchera avec le chevreau ;
Le veau, le lionceau, et le bétail qu'on engraisse seront ensemble,
Et un petit enfant les conduira.
  7  La vache et l'ourse auront un même pâturage,
Leurs petits un même gîte ;
Et le lion, comme le boeuf, mangera de la paille.
  8  Le nourrisson s'ébattra sur l'antre de la vipère,
Et l'enfant sevré mettra sa main dans la caverne du basilic".
 ( Basilic vient du mot hébreu, tsepha, qui veut dire serpent venimeux, vipère).

Alléluia! Gloire à Dieu!

Quant au mot "garder" il vient du mot hébreu "shamar" qui veut dire, tenir, garder, observer,
faire attention à.
Là aussi, aujourd'hui, on est très loin du compte.
Quelques écologistes veulent s'y employer mais sans le conseil de Dieu.

Nous voyons donc que Dieu n'a pas placé l'homme dans le jardin d'Eden pour y être dans une "parfaite" oisiveté, passant ses journées à manger et à se promener, mais il avait :
une tâche à accomplir : cultiver,
une mission à remplir : garder,
un ordre avec un avertissement formel, auquel il devait obéir :
ne pas manger de l'arbre de la connaissance du bien et du mal,

dans la crainte de l'Eternel, en toute humilité et soumission à l'Eternel Dieu, son Créateur.

Dieu fit venir vers l'homme tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel qu'Il avait formés de la terre, "pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l'homme", rappel du verset 19 et de cette responsabilité, Adam s'en est bien acquitté, ayant reçu de Dieu l'autorité pour cela.

Cela permit à Adam de réaliser qu'il ne trouvât point d'aide semblable à lui et par la communion intime qu'il avait avec son Créateur, l'Eternel Dieu dit : " Il n'est pas bon que l'homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui ". Nous l'avons lu au verset 18.

Dieu a fait confiance à l'homme qui était participant de la nature divine, créé à l'image de Dieu et à sa ressemblance selon GENESE 1 : 26, jouissant de la Vie Eternelle, animé de son Esprit, revêtu de Sa Justice, paré et couronné de Sa Gloire.

Nous remarquons que Dieu n'a pas confié à Adam un ministère de la parole mais un ministère de diacre, de serviteur.

Dieu a voulu associer l'homme à Sa Création pour servir à Sa Gloire.

Le mot "aide", lui, vient de l'hébreu "ezer" qui signifie aide, secours, quelqu'un qui aide.

Pour former cette aide, Dieu plongea Adam dans un profond sommeil, Il fut le premier anesthésiste et le premier chirurgien du monde ; dans Son Amour, Dieu n'a pas voulu que l'homme souffre, aussi Il l'endormit.

Alors qu'Adam a été créé à partir de la poussière de la terre, Dieu forma une femme de la côte qu'il avait prise de l'homme, côte est traduit par "tsela" en hébreu qui veut dire, poutre.

Aux yeux de Dieu, la femme est "une aide semblable à l'homme", elle ne lui est ni supérieure, ni inférieure,
mais placée à son côté, pour que côte à côte,
ils servent ensemble le Seigneur 
et servent ensemble à Sa Gloire.

Quand Dieu amena la femme devant l'homme, il vit d'abord l'intérieur, "voici cette fois celle qui est os de mes os" et non pas l'extérieur malgré la beauté qu'elle devait avoir.

A partir du chapitre 3 du livre de la GENESE, nous lisons qu'à un moment donné, la désobéissance de l'homme et de la femme a entraîné leur départ du jardin d'Eden.
 22 " L'Eternel Dieu dit : Voici, l'homme est devenu comme l'un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchons-le maintenant d'avancer sa main, de prendre de l'arbre de vie, d'en manger, et de vivre éternellement (pécheur, dans le péché).
  23  Et l'Eternel Dieu le chassa du jardin d'Eden, pour qu'il cultivât la terre, d'où il avait été pris.
  24  C'est ainsi qu'il chassa Adam ; et il mit à l'orient du jardin d'Eden les chérubins qui agitent une épée flamboyante, pour garder le chemin de l'arbre de vie."
GENESE 3 : 22-24

La mort est entrée dans le monde à cause de leur péché et une série de malédictions a suivi leur égarement.
Enfantement dans la douleur, sol maudit, travail à force de peine, la sueur du visage apparaît pour la première fois au verset 19 du chapitre 3 de la Genèse.

Dieu est Amour et Il est Saint. Sa justice ne peut pas supporter le péché et ne nous évite pas ses conséquences.

Pour un enfant de Dieu, il doit y avoir une différence entre le respect que Dieu a pour nous, et qu'Il nous demande d'avoir pour Lui et entre nous, touchant au libre-arbitre que Dieu a accordé à l'homme, et la tolérance, oeuvre de la chair.
Ce mot d'ailleurs, ne figure nulle part dans la parole de Dieu.

Alors, que s'est-il passé?

Si nous réfléchissons à ce qui se passe dans nos propres vies lorsque nous ne cherchons plus à être en communion avec le Seigneur dans la prière, la lecture et la méditation de sa parole, par négligence ou entraînés par la distraction, nous voyons la chair vouloir reprendre ses droits et produire ses oeuvres.

Par expérience et une profonde conviction, je ne veux plus jouer au yoyo avec cela.

Avaient-ils négligé la prière, la communion avec Dieu, la crainte de l'Eternel, pour croire ce que Satan leur suggérait en faisant appel au mensonge et à l'orgueil ?
Il faut croire que oui, il y a eu une négligence lourde de conséquences, dans la part qui leur revenait.

GENESE 3 :1
  1 " Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l'Eternel avait faits. Il dit à la femme : Dieu a-t-il réellement dit :Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin?
  2  La femme répondit au serpent : Nous mangeons du fruit des arbres du jardin.
  3  Mais quant au fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n'en mangerez point et vous n'y toucherez point, de peur que vous ne mourriez.
  4  Alors le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez point ;
  5  mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal."

Rappelons-nous que la femme n'était pas encore formée et près de l'homme, pour entendre ces paroles dites par Dieu :
  16 " l'Eternel Dieu donna cet ordre à l'homme : Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ;
  17  mais tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras" GENESE 2 : 16-17

Nous voyons là que la sentence de Dieu est formelle et sans appel. Il n'a point dit "de peur que vous mourriez" mais "tu mourras."

En parlant au serpent, la femme a favorisé la naissance du doute, et le doute, c'est le péché, c'est l'abandon de la confiance en Dieu, de la foi en Sa parole, de la crainte de l'Eternel .
En somme, la première manifestation de l'apostasie.

Poursuivons notre lecture: GENESE 3 : 6-8

  6  " La femme vit que l'arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu'il était précieux pour ouvrir l'intelligence ; elle prit de son fruit, et en mangea ; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d'elle, et il en mangea.
  7  Les yeux de l'un et de l'autre s'ouvrirent, ils connurent qu'ils étaient nus,
(ils mirent fin ainsi à la première dispensation, celle de l'innocence,
pour entrer dans la deuxième, celle de la conscience morale), et ayant cousu (il y avait donc des" aiguilles à coudre" !) des feuilles de figuier, ils s'en firent des ceintures.
  8  Alors ils entendirent la voix de l'Eternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir,
et l'homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l'Eternel Dieu, au milieu des arbres du jardin."

Auparavant Adam et Eve n'avaient pas conscience qu'ils étaient nus et se sont fait un vêtement qui ressemblait à un pagne en feuilles de figuier. Il devait être assez inconfortable et ne pouvait durer, les feuilles coupées, séchant vites, image du vêtement sale, de l'oeuvre humaine qui ne tient pas au jugement de Dieu.

Mais voyez l'Amour du Père, et la préfiguration du sacrifice de l'Agneau de Dieu, afin de nous revêtir du vêtement blanc, de la pureté et de la sainteté du Seigneur.

Après le péché d'Adam et Eve, Dieu dut sacrifier un animal, le premier, pour leur faire des habits.
Ils avaient perdu la pureté, la sainteté, la gloire de l'Eternel Dieu.
GENESE 3 : 21
  "L'Eternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit."

En donnant un libre arbitre à l'homme, Dieu a laissé le choix à l'homme
d'aimer son Créateur librement, en l'aimant de Son Amour,
de lui obéir sans contrainte.
1 JEAN 5 : 3-4
   3 " Car l'amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles.
   4  parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde ; et la victoire qui triomphe du monde, c'est notre foi."

L'Amour est une décision que nous pouvons prendre ou laisser.

Dieu nous a aimé le premier et JEAN 3 : 16 nous dit :
  " Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle"

Cette vie éternelle qu'Adam et Eve avaient perdue, Dieu nous la redonne par le moyen du sang de Jésus versé à la croix du calvaire, c'est sa part et quelle part !

 " Quand Jésus eut pris le vinaigre, il dit : Tout est accompli. Et baissant la tête, il rendit l'esprit."
JEAN 19 : 30

Le disciple Jean, témoin oculaire de la mort de Jésus, car c'est à lui, à qui Jésus confia sa mère avant de mourir, nous rapporte cette scène qui rappelle la naissance de la première femme et épouse de l'homme.

  33 "  S'étant approchés de Jésus, et le voyant déjà mort, ils ne lui rompirent pas les jambes ;
mais un des soldat lui perça le côté avec une lance, et aussitôt il sortit du sang et de l'eau."
JEAN 19 : 33
Sans le savoir, ce soldat, par son geste a signifiée la naissance de l'Epouse de Christ.
De la même manière qu' Eve est sortie de la côte d'Adam, l'Eglise, l'Epouse de Christ est sortie de son côté.

Alléluia!

Jésus a parfaitement accompli sa mission, celle d'accomplir la Thorah,
y compris de révéler ce mystère caché de tous les temps :
l' Eglise de Jésus-Christ.
Il est la Parole de Dieu qui s'est faite chair dans le corps de Jésus, sans faillir en rien.

C'est Jésus-Christ, homme, qui a dit :"Tout est accompli".

Mais par sa résurrection, le dernier Adam, Jésus-Christ, est céleste alors que le premier Adam était terrestre.
De même pour l'Eglise, née de l'Esprit, elle est céleste, alors qu' Eve était terrestre.
N'oublions pas cependant l'épouse physique de Dieu : Israël, et prions pour sa restauration, prophétiquement annoncée.

Nous lisons dans MATHIEU 5 : 17, c'est Jésus qui parle :
   " Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi et les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir."

Il est venu comme un serviteur de Dieu et s'est fait serviteur de tous parce que la volonté de Dieu, "c'est que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité",
selon 1 TIMOTHEE 2 : 4

Pour nous, Eglise de Jésus-Christ, la part "première" qui honore Dieu, c'est de croire avec la simplicité d'un enfant, au moyen de la foi, que nous sommes sauvés par grâce, rendus justes et saints par l'efficacité du sang de Jésus, nous qui ne méritions rien!

C'est également de transmettre, comme serviteurs de tous, ce premier talent que Dieu nous a donné : la Vie Eternelle.

"Sans la foi, il est impossible de lui être agréable", selon HEBREUX 11 : 6

Maintenant, revenons encore sur le passage de GENESE 3 : 6-8, et étudions le comportement de ce couple.

Nous constatons :
le manque de soumission de la femme à son mari ,
le manque de protection du mari envers sa femme.

Son mari aurait dû intervenir, dans la sagesse de Dieu, comme auprès d'un sexe plus faible,
comme l'exprime 1 PIERRE 3 : 7
" Maris, montrez à votre tour de la sagesse dans vos rapports avec vos femmes comme avec un sexe plus faible; honorez-les comme devant aussi hériter avec vous de la grâce de la vie.
Qu'il en soit ainsi afin que rien ne vienne faire obstacle à vos prières."

Que dit encore la parole Dieu concernant la relation du mari et de la femme ?

Eh bien, elle est similaire à celle que Christ a, avec son Eglise !

Prenons d'abord, au sujet des femmes, EPHESIENS 5 : 22-24
  22 "Femmes, soyez soumises à vos maris
comme au Seigneur ;
  23  Car le mari est le chef (en grec kephale, qui veut dire tête), 
 de la femme,
comme Christ est le chef (également kephale, tête suprême) 
de l'Eglise,
qui est son corps, et dont il est le Sauveur.
  24  Or, de même que l'Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l'être à leur maris en toutes choses ( sous réserves que ces choses soient en accord avec la Parole de Dieu, car dans le cas contraire, "il vaut mieux obéir à Dieu qu'aux hommes", selon ACTES 5 : 29

Ensuite 1 PIERRE 3 : 1-6
    1 " Femmes, soyez de même soumises à vos maris, afin que, si quelques uns n'obéissent point à la parole, ils soient gagnés sans parole par la conduite de leur femme,
    2   en voyant votre manière de vivre chaste et réservée.
    3   Ayez, non cette parure extérieure qui consiste dans les cheveux tressés, les ornements d'or, ou les habits qu'on revêt,
    4   mais la parure incorruptible d'un esprit doux et paisible, qui est d'un grand prix devant Dieu.
    5   Ainsi se paraient autrefois les saintes femmes qui espéraient en Dieu, soumises à leur mari,
    6   comme Sara, qui obéissait à Abraham et l'appelait son seigneur. C'est d'elle que vous êtes devenues les filles, en faisant ce qui est bien, sans vous laisser troubler par aucune crainte."

Pour avoir une relation de couple selon le modèle biblique, la femme doit dépendre de son mari, lui obéir, cela n'empêche pas de se concerter pour tous les grands sujets de famille et autres, mais c'est la décision du chef de famille qui doit l'emporter.
Cela est rendu possible que si la femme respecte son mari et pour cela, elle doit l'aimer sans condition, tout comme le Seigneur l'aime.

Personnellement, le Seigneur m'a révélée cela.
Je ne m'en rendais pas compte, mais j'avais un type d'amour admiratif, donc soumis à condition.

Avec repentance, cet amour là, a été crucifié.

Et le type d'amour que je veux librement laisser se manifester maintenant, c'est celui que j'ai reçu par le Saint-Esprit, l'Amour divin, qui prend naturellement sa place lorsque l'amour charnel est crucifié.

Je comprends pourquoi Jésus nous demande de prendre notre croix, chaque jour.

Bien souvent, on est dans l'attente d' une promesse que Dieu nous a faite par Sa parole dans notre coeur,
et on se dit Dieu fera, parce qu'Il est Fidèle et cela reste vrai.


Mais ce que Dieu attend de nous, c'est que l'on fasse notre part en accord avec Sa parole, pour être en phase avec Sa promesse.

Pour les hommes, voici ce que nous lisons dans la suite d'EPHESIENS 5 : 25-33
  25 " Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l'Eglise, et s'est livré lui-même pour elle,
  26   afin de la sanctifier par la parole après l'avoir purifiée par le baptême d'eau,
  27   afin de faire paraître  devant lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible.
  28  C'est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps.
Celui qui aime sa femme s'aime lui-même.
  29  Car jamais personne n'a haï sa propre chair; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l'Eglise,
  30  parce que nous sommes membres de son corps.
  31  C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair.
  32  Ce mystère est grand ; je dis cela par rapport à Christ et à l'Eglise.
  33  Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme lui-même, et que la femme respecte son mari.


Nous voyons au travers de ces textes, que l'apôtre Paul insiste sur l'amour sacrificiel et protecteur concernant le mari, la soumission et le respect concernant le femme.

Amen!

Le problème des couples, c'est quand chacun n'exerce pas ce que Dieu lui demande.
N'étant plus à sa place respective, le déséquilibre s'installe.

Alors que chacun de nous fasse sa part selon Dieu, 
et l'harmonie viendra, comme un parfum du Jardin d'Eden,

et le Repos, le Shabbat, bien que nous y soyons déjà en Christ, comme un parfum de la Jérusalem Céleste.

Que Dieu nous bénisse et nous garde tous, bien-aimés!

.